fbpx
Discutez avec notre expert online, ou appelez le +372 605 4895
4214 maisons en bois fabriquées depuis 1995

ISOLATION DE LA MAISON

Afin de bâtir une construction saine, durable et viable, les matériaux et les éléments de la maison doivent être soigneusement considérés. L’isolation est l’une des étapes clé pour rendre votre maison confortable et son intérieur agréable. Si vous cherchez à améliorer vos factures et à économiser sur la consommation d’énergie, l’isolation peut également être la solution.

Pourquoi isoler? Quels sont les principaux emplacements de la maison où installer l’isolation? Comment évaluer l’efficacité des matériaux et quel est le choix des produits? Ce mois-ci, nous nous concentrons sur l’isolation des bâtiments.

LES AVANTAGES D’UNE ISOLATION ADAPTÉE A LA MAISON

L’objectif principal lors de l’installation d’isolant dans un bâtiment est de réduire les pertes de chaleur, mais d’un matériau à l’autre, vous pouvez aussi profiter de bienfaits supplémentaires. Une bonne isolation, également adaptée à la construction, vous offrira de nombreux avantages.

Très souvent, l’isolation est associée à la déperdition et sauvegarde de chaleur ; il est essentiel dans une maison d’empêcher la chaleur de s’échapper par les murs, le toit et autres points thermiques faibles, mais pas seulement. L’isolation fonctionne également comme un régulateur de température. Si la maison est correctement isolée, vous bénéficierez toute l’année de températures agréables à l’intérieur de l’habitation, malgré le climat extérieur. Non seulement le climat de la maison sera équilibré et l’atmosphère agréable, mais des économies seront réalisées sur le coût du chauffage, car sa consommation en sera réduite. Associée à des systèmes de chauffage et de ventilation efficaces, une bonne isolation garantira un retour sur investissement après la construction d’une maison ou la réstauration d’une ancienne construction.

La réduction de déperdition de chaleur et les économies d’énergie auront également un impact positif: la diminution des émissions de gaz à effet de serre et de nombreux facteurs négatifs contribuant au réchauffement climatique et à la pollution atmosphérique. Une bonne isolation aidera à maintenir une maison saine, facilitera son entretien et prolongera la viabilité et la durabilité de la construction.

Les dernières réglementations en matière de construction et l’industrie du bâtiment ont beaucoup à voir avec l’écologique et l’environnement. C’est pourquoi, petit à petit, les normes d’efficacité des bâtiments, d’énergie et de consommation se durcissent. Ces réglementations et normes encouragent l’utilisation de sources d’énergie renouvelable et de matériaux plus efficaces et plus écologiques dans les constructions. Les principaux objectifs fixés pour les décennies à venir incluent la construction de bâtiments zéro émission et à énergie positive. L’isolation joue un rôle essentiel dans l’accomplissement de ces objectifs ambitieux mais réalistes.
De nombreux matériaux possèdent plusieurs caractéristiques et propriétés isolantes, en plus des propriétés thermiques. Tout en maintenant un équilibre hygrométrique idéal, les produits, qui contiennent de l’air par exemple, sont capables de capter le son. Par conséquent, ils offrent une isolation acoustique adéquate qui garantissent l’intimité, réduisent les perturbations sonores et améliorent la réverbération dans les pièces.

Pour bénéficier de tous les avantages que peut offrir l’isolation, il est nécessaire de choisir un matériau de qualité et adapté. Une isolation efficace c’est aussi construire avant tout une structure de bâtiment avec précision, correcte et appropriée. Les matériaux de construction doivent être choisis en fonction de leurs utilisations et de leur qualité, et l’assemblage doit être minutieusement effectué afin de réduire les points de fuite d’air (connexions des matériaux, entre deux matériaux de construction différents…), et éviter les infiltrations d’air inutiles à travers les bâtiments, ce qui rendrait l’isolation moins efficace et les objectifs thermiques plus difficiles à atteindre.

Les éléments et parties d’un bâtiment qui peuvent être isolés au cours des grandes étapes de la construction bâtiment doivent être considérés avec une attention particulière. C’est le cas des fondations, des vides sanitaires ou des sous-sols. Une fois que la structure principale de la maison est construite, y compris les murs, le toit et les planchers, l’isolation peut être installée à presque tous les emplacements requis. Afin de construire un bâtiment sain et durable, les matériaux et les éléments de la maison sont essentiels.

LES EMPLACEMENTS DE L’ISOLATION DANS UNE MAISON

L’installation d’une isolation efficace, à divers endroits stratégiques de la maison, est essentielle pour réduire les pertes de chaleur et maintenir un climat intérieur agréable tout le long de l’année. Elle vous permettra ainsi de diminuer la consommation annuelle d’énergie et de chauffage et de fait, les coûts liés à la maison. En effet, la nécessité de construire des bâtiments plus efficaces vient également du fait qu’environ 40 % de la consommation totale d’énergie et 36 % des émissions de CO2 sont liées aux bâtiments en Europe, faisant du secteur une priorité en matière d’innovation, d’économie d’énergie et d’environnement. Les bâtiments sont de gros consommateurs d’énergie, devançant les secteurs industriels.

Une maison a environ 6 emplacements principaux par lesquels la chaleur s’échappe. Les pertes de chaleur les plus importantes se font par le toit et les trous de ventilation, à travers lesquels s’échappent respectivement 25 % et 35 % de la chaleur. Le même phénomène est observé à travers d’autres conduits de maison, qui ne peuvent pas être couverts, tels que les tuyaux de cheminée. Les murs extérieurs, les fenêtres et les portes extérieures laissent passer la chaleur s’ils ne sont pas ou mal isolés. En moyenne, 35 % de la perte de chaleur se fait à travers les murs extérieurs et 25 % à travers les fenêtres et les portes. C’est aussi pourquoi il est recommandé d’opter pour des portes et fenêtres performantes. Par exemple, le nombre de vitrages, le matériau du cadre ou le revêtement du verre jouent un rôle dans l’isolation de la maison. Les performances isolantes de ces éléments sont donc mesurables et différentes catégories sont disponibles en termes d’efficacité d’étanchéité, d’étanchéité à l’air et d’insonorisation.

Jusqu’à 15 % de la chaleur peut-être perdue via l’eau domestique, et 15 % à travers le plancher de l’habitation. Une bonne isolation des fondations et du périmètre de la maison jouera non seulement un rôle dans le confort de l’habitation, mais la protégera également de la création de moisissures, de l’accumulation d’humidité, d’une éventuelle invasion d’insectes, etc.

Par conséquent, tous les emplacements mentionnés ci-dessus, du toit aux fondations, doivent être correctement isolés et avec des matériaux performants.

Pour commencer, l’isolation peut être installée sous la toiture. Comme la chaleur se déplace vers le haut, il n’est pas surprenant qu’une quantité substantielle de chaleur soit perdue à travers le toit. L’isolation utilisée dans le grenier est généralement plus épaisse que dans le reste de la maison, car cet endroit est souvent aéré. Cependant, une bonne isolation ne signifie pas que la maison doit être complètement scellée, l’air doit pouvoir bien circuler et continuer à se renouveler.
Bonne isolation et ventilation adaptée vont de pair, c’est pourquoi si la circulation de l’air n’est pas efficace, des problèmes d’humidité peuvent survenir à l’intérieur du logement, et de sa structure.

L’isolation doit également être installée dans les plafonds et entre les étages. Elle permettra à la température de se stabiliser et offrira un climat plus homogène à l’intérieur de la maison et dans les différentes pièces. En plus de maintenir une température adéquate, l’isolation améliorera également l’insonorisation.

Bien entendu, les murs internes et externes devront également être recouverts d’une couche de matériau isolant. Concernant les murs extérieurs, des membranes coupe-vent et imperméables renforcent parfois l’efficacité isolante. Comme mentionné, l’isolation du sous-sol, des vides sanitaires et des fondations aura un rôle majeur sur le climat intérieur de la maison. Entre autres, elle préviendra les risques d’humidité, les infiltrations et les infestations potentielles d’insectes. Il est possible d’utiliser différentes méthodes pour isoler les fondations, et les matériaux d’isolation sont généralement intégrés directement, lors de la construction des fondations. Les jonctions entre les fondations et les murs et sols de la maison nécessitent également une grande attention et des matériaux adéquats.

L’isolation du sous-sol aidera à minimiser les points thermiques faibles par lesquels l’air peut s’échapper et, par conséquent, à réduire les pertes de chaleur, elle participe également à l’étanchéité et protège des éventuels dommages causés par l’humidité, diminue le niveau d’humidité et réduit le risque de condensation sur les surfaces.

Les autres emplacements de la maison qu’il est possible d’isoler – ou d’isoler des espaces de vie – sont les pièces non chauffées, telles que les garages, les espaces de stockage, les vérandas, les autres espaces froids, par exemple. En outre, il est bon de prendre en compte le contrôle de l’humidité et de l’air dans les endroits où les fuites d’air et déperdition de chaleur sont plus probables.

LES TECHNIQUES D’ISOLATION

Il existe trois manières principales d’isoler un bâtiment. Le matériau isolant peut être installé à l’intérieur de la construction, à l’extérieur ou intégré dans les structures du bâtiment.

Chaque technique a ses avantages et ses inconvénients, et le choix de la technique à utiliser dépendra de divers facteurs, tels que la localisation du bâtiment et le niveau d’humidité, le matériau utilisé pour isoler, le budget, etc.

La plupart des matériaux isolants disponibles sur le marché sont adaptés à la technique d’isolation intérieure, même si les professionnels peuvent recommander certains types de matériaux plus que d’autres, comme la mousse rigide. Dans ce cas, l’isolation est placée entre les murs extérieurs et l’intérieur de la maison. Cette technique est connue pour être plus abordable que les deux autres, pour fournir une bonne isolation phonique grâce à une absorption acoustique efficace, et pour accélerer le temps de chauffe de la maison.

Cependant, l’isolation de l’intérieur présente également quelques aspects négatifs : elle diminue légèrement la surface habitable, car l’isolation est dans l’espace intérieur de la maison. La plupart des matériaux isolants doivent également être préalablement revêtus d’un revêtement ignifuge. Lors de l’utilisation d’un isolant intérieur, le revêtement imperméable n’est pas protégé comme c’est le cas avec un isolant extérieur. La technique d’isolation intérieure est particulièrement appréciée dans les pays d’Europe occidentale, alors que la technique d’isolation extérieure est couramment utilisée dans les pays du nord, par exemple.

La technique d’isolation extérieure consiste à installer le matériau isolant sur les murs extérieurs de la maison. Pour bien finir les murs, l’isolant peut être recouvert de bardage, de panneaux ou d’autres produits dédiés à cet usage. Contrairement à la technique précédente, la surface habitable à l’intérieur de la maison n’est pas impactée par l’épaisseur de l’isolant. Elle offre également une imperméabilité plus importante et réduit ainsi considérablement les risques de moisissures et d’humidité dans les cavités murales. En outre, elle réduit aussi efficacement les ponts thermiques. Les ponts thermiques sont situés aux endroits où les matériaux de la maison se connectent. La chaleur peut s’échapper par les solives plus facilement que par d’autres endroits, par exemple. Les ponts thermiques sont principalement situés là où les murs extérieurs se connectent au revêtement de sol, aux murs intérieurs et aux cadres de fenêtres et de portes. Par conséquent, l’isolation externe fournit une superposition efficace, peut être utilisée pour les constructions existantes et les nouveaux bâtiments. Parmi les aspects négatifs de la technique d’isolation extérieure : le coût. En effet, la technique d’isolation extérieure représente souvent un investissement plus important par rapport à la technique intérieure.

La troisième technique consiste à intégrer l’isolant à l’intérieur de la structure du bâtiment. Cette technique est principalement appliquée aux maisons à ossature de bois et de structure métallique. Cependant, elle peut également être utilisée pour les constructions plus traditionnelles.

L’isolation thermique est placée entre les éléments porteurs de la maison, et l’isolation générale est fournie par chacun des matériaux de construction. En principe, aucun matériau additionel ne doit être utilisé. Cette technique est populaire et abordable. Les ponts thermiques sont plus rares avec cette technique que lors de l’utilisation de la technique d’isolation intérieure par exemple. Cependant, elle peut parfois présenter un manque d’inertie thermique, ce qui oblige souvent à être complété par un autre produit isolant mince.

L’EFFICACITÉ ISOLANTE AU TRAVAERS D’INDICATEURS CLÉS DE PERFORMANCE

Plusieurs indicateurs permettent d’évaluer l’efficacité des matériaux isolants. Lors du choix d’un matériau, ils sont essentiels et fournissent des informations importantes. Parmi les indicateurs clés de la performance d’un matériau, trois d’entre eux se distinguent comme étant des indicateurs essentiels.

• La conductivité thermique ʎ d’un matériau décrit sa capacité à transférer et à conduire la chaleur. Plus la valeur de ʎ est faible, meilleure est l’efficacité du matériau isolant.
• La résistance thermique, R, calcule la résistance au flux thermique. La valeur de R dépend de la valeur ʎ et de l’épaisseur du matériau. R est exprimé en m² K / W. Plus R est grand, plus résistance thermique est bonne et la perte de chaleur faible.
• Le transfert de chaleur U, exprimé en W / m²K est l’opposé de la résistance thermique R. U évalue la capacité de l’air et donc de la chaleur à s’échapper d’une surface. Plus le U est petit, plus la perte de chaleur est faible.

Pour mesurer la conductivité thermique ʎ, l’isolant est placé entre deux environnements à deux températures différentes. La différence entre les deux températures est notée ΔT, l’épaisseur du matériau est notée d, et A désigne la surface d’isolation. La quantité de chaleur transférée (Q) à l’intérieur du matériau est mesurée lorsque le flux se stabilise. La quantité d’énergie nécessaire est égale au flux thermique traversant le matériau et à la quantité nécessaire pour maintenir la troisième température (du matériau isolant) à un niveau constant.
Par conséquent, ʎ est égal au transfert de chaleur Q x épaisseur du matériau d / surface A x différence de température ΔT et est exprimé en W (mK). La résistance thermique R étant le rapport entre l’épaisseur du matériau (d) et la conductivité thermique (ʎ), sa valeur est calculée comme suit: R = d (m) / ʎ (W (mK)).
Savoir calculer l’efficacité isolante d’un matériau peut être bénéfique pour diverses raisons:
– si vous souhaitez comparer différents produits,
– si vous n’êtes pas sûr de l’épaisseur minimale à partir de laquelle un produit est efficace,
– si vous souhaitez la conformité du matériau aux réglementations locales, etc.
Prenons un exemple: nous recherchons la résistance thermique d’un isolant B, dont l’épaisseur est de 150 mm. On sait que la conductivité thermique ʎ du matériau est de 0,0349 (W (mK)). En appliquant la formule R = d / ʎ, la valeur de R est égale à 4,286 m² K / W. Cette valeur R ne concerne que le matériau isolant. Pour connaître l’efficacité et la résistance thermique d’un mur, par exemple, les valeurs R des différents composants du mur doivent être ajoutées.

Malgré les réglementations locales et la disponibilité des matériaux, la région et le pays où la maison est construite, le climat local, les autres matériaux de la maison, … affectent également le choix d’isolants appropriés.

LES MATÉRIAUX ISOLANTS

Les matériaux isolants peuvent être classés en fonction de leurs composants et sont disponibles sur le marché sous différentes formes. Les matériaux isolants comprennent les isolants expansifs, les panneaux rigides, les rouleaux, ou même les isolants en vrac. Ils offrent de nombreuses caractéristiques et sont plus ou moins adaptés aux différents placements et usages dans la maison.

Les isolants en rouleau et rigides sont principalement utilisés pour les projets de rénovation, pour lesquels les murs doivent être remplacés. Ils sont efficaces pour remplir les espaces vides et peuvent être placés entre les matériaux de construction. L’isolation rigide est bien adaptée pour isoler les murs, les fondations et les toits, par exemple.
Les matériaux en vrac, généralement en cellulose ou en fibres de verre, sont idéaux dans le grenier. Ils sont également excellents pour remplir les espaces difficiles à atteindre et pour lesquels d’autres types d’isolation seraient plus difficiles à installer. Cependant, sachez que les matériaux en vrac sont traités. Il est recommandé de choisir le produit de traitement avec prudence, car certains d’entre eux peuvent interagir avec les autres matériaux de construction, tels que le métal, la pierre, le bois, et éventuellement les endommager.
Les sprays expansibles et les isolants soufflés sont parfaits pour atteindre les zones difficiles d’accès, car ils sont assez similaires aux matériaux en vrac. Par conséquent, ce sont des solutions adaptées pour isoler les bâtiments anciens.

Les matériaux isolants peuvent être divisés en quatre catégories générales, compte tenu de leurs composants :
• Composants polymères organiques: polystyrène expansé, mousse phénolique polyuréthane, etc.
• Composants végétaux et animaux: cellulose, lin, plumes, paille, laine de bois, etc.
• Composants minéraux: laine de verre, laine de roche minérale, verre cellulaire, etc.
• Produits réfléchissants: produits avec différentes couches constitués de divers matériaux.

Sur le marché, de nombreux matériaux isolants sont disponibles pour se conformer aux multiples lignes directrices d’un projet maison, telles que le budget, l’efficacité, l’impact environnemental, la qualité du climat intérieur, etc. Dans le domaine de la construction, certains matériaux sont plus courants. Si vous décidez d’isoler la maison vous-même, examinez attentivement les certifications des produits; chaque matériau isolant doit être conforme aux normes de sécurité et de production.

La fibre de verre (ou laine de verre) est l’un des matériaux isolants les plus utilisés, et son succès est dû à son excellent rapport qualité-prix. Le matériau est composé de verre recyclé, de sable et de liant. En moyenne, le matériau contient 40 à 60% de verre recyclé.
Les produits sont disponibles dans différents formats et avec des densités différentes, pour lesquelles l’épaisseur et les valeurs de résistance thermique varient. Les produits les plus denses sont destinés aux zones avec des espaces de cavité limités, tandis que les plus minces peuvent être utilisés pour les murs et les cadres de structure.

Parmi les atouts de la fibre de verre se trouvent sa résistance au feu et à l’humidité et sa facilité d’installation. Cependant, vous devez rester prudent lors de la mise en place de l’isolation, qui peut parfois irriter la peau.

Un autre matériau couramment utilisé pour l’isolation est la laine minérale. Deux produits principaux font partie de cette catégorie. D’une part, le produit en laine de roche minérale est composé de basalte ou de diabase. Le composant est fondu jusqu’à atteindre le point de fusion, centrifugé et transformé en fibres. D’autre part, la laine de laitier est un matériau fabriqué à partir de résidus de la métallurgie appelés scories, qui sont les déchets se trouvant à la surface du métal fondu. Les scories sont transformées en fibres et ressemblent à de la laine de verre. Les matériaux en laine minérale sont également disponibles dans diverses configurations, mais sont plus susceptibles d’être trouvés sous forme de rouleaux et en vrac. En moyenne, ils contiennent 75 % de composants recyclés.

L’isolant en polystyrène est encore couramment utilisé, même si les produits sont composés de styrène, issu du raffinage du pétrole brut. Pendant le processus de fabrication, de petites billes captent l’air. Le matériau est léger car composé à 98 % d’air. Il est également incolore et disponible sous différentes formes telles que des blocs, des panneaux et en vrac. Il est possible de trouver des isolants en polystyrène plus ou moins épais aux valeurs de résistance thermique variables.

À noter que les matériaux en polystyrène doivent être utilisés avec précaution et ne sont pas bien adaptés à proximité des installations électriques. Si le matériau est léger, facile à installer et peu coûteux, il stocke également de l’électricité statique et n’est pas résistant à l’humidité. Il a souvent également une efficacité thermique inférieure à celle d’autres matériaux.
Parmi les trois options, la laine minérale et la fibre de verre sont les plus écologiques et la laine minérale est particulièrement écologique, sûre et plus saine. La laine minérale et la fibre de verre sont toutes deux moins risqué à installer. Bien qu’elles soient couramment utilisées, d’autres matériaux « verts » sont aussi disponibles pour isoler un bâtiment.

L’isolant cellulosique est fabriqué à partir de produits recyclé et jusqu’à 85 % de papier recyclé, dont principalement des journaux. Après avoir été broyés, les produits en papier sont fibrés. Des borates minéraux sont ajoutés pour conférer au matériau des propriétés de résistance au feu, à la moisissure et aux insectes (y compris les termites, les cafards, les fourmis, les perce-oreilles, etc.). Par rapport à la fibre de verre, l’isolation en cellulose présente moins de risques pour la santé et une résistance thermique plus élevée. Cependant, le matériau est plus sujet à l’humidité et doit être complété par un pare-vapeur. Les inconvénients du matériau comprennent le coût d’installation et un éventuel tassement du matériau dans le temps, entraînant une diminution de la résistance thermique.
D’autre part, l’isolant cellulosique est sain, il ne contient pas de formaldéhyde, de sulfate d’ammonium, de fibre de verre et d’amiante.

Il est également possible de sélectionner l’isolant parmi les produits en fibres naturelles, comme le coton, la laine de mouton, la paille ou le chanvre. Les matériaux isolants en coton sont composés de 85 % de coton recyclé, principalement en provenance de l’industrie du denim, et de 15 % de fibres plastiques traitées au borate. Les avantages de l’isolation en coton comprennent l’installation sûre du matériau, une excellente absorption acoustique et de l’humidité.
Le coton est un matériau écologique et renouvelable. Cependant, il ne se dilate pas rapidement et est plus cher que les matériaux isolants plus traditionnels.

L’isolant en laine de mouton résiste aux insectes et aux moisissures grâce à un traitement. Le matériau a un bon niveau d’absorption d’humidité, est résistant au feu et durable, facile à installer et respectueux de l’environnement. Les inconvénients du matériau comprennent une efficacité thermique inférieure par rapport à d’autres produits et l’installation coûteuse.

L’isolant de paille, connu et utilisée depuis longtemps dans l’industrie de la construction, représente également une alternative verte aux matériaux isolants les plus courants. Si cela peut paraître un peu drastique, les industriels apportent des solutions innovantes au matériau, pour lequel leur intérêt est renouvelé. Ils proposent aujourd’hui des panneaux innovants en paille compressée multicouche.

La laine de chanvre est fabriquée à partir des composants des plantes de chanvre. Elle offre d’excellentes propriétés isolantes, à la fois thermiques et acoustiques. Le matériau est respectueux de l’environnement et stocke le CO2. Le chanvre n’irrite pas la peau, ne contient pas de substances nocives, protège contre les moisissures et les bactéries, est sans odeur et régule l’humidité.
Côté négatif, le matériau est relativement rare, et par conséquent, pas encore suffisamment testé.

Si la variété des matériaux isolants est importante, sachez que certains d’entre eux, utilisés dans les années 60 et 70, ne sont plus recommandés, car des tests et études ont mis en évidence un danger pour la santé et une efficacité discutable. C’est le cas par exemple du matériau vermiculite et de la mousse urée-formaldéhyde.

LORSQUE L’ISOLATION DEVIENT PLUS VERTE ET INNOVANTE

Alors que le domaine de la construction devient de plus en plus vert en proposant des solutions innovantes plus larges, des constructions éco-responsables et des produits renouvelés pour mieux répondre aux enjeux environnementaux, sociétaux et sociaux, les solutions pour l’isolation des bâtiments visent les mêmes objectifs. Il ne s’agit pas seulement d’une prise de conscience générale et d’un besoin de se conformer aux dernières réglementations, mais d’une volonté sincère de changer et de proposer des solutions de construction et des bâtiments plus adaptés et innovants, qui guide désormais l’industrie.

Les objectifs écologiques décrits par les dernières réglementations incluent la décarbonisation des matériaux de construction, parmi lesquels les produits isolants. Au cours des dernières décennies, les fabricants et les producteurs ont anticipé les efforts à déployer pour apporter un changement. Par conséquent, le marché a déjà évolué pour surmonter certains des impacts négatifs des matériaux isolants sur la sécurité et la santé, tout en mettant à disposition des matériaux de haute qualité avec des propriétés d’isolation thermique et acoustique efficaces.

Les matériaux partiellement formés de composants renouvelables ont tendance à être plus écologiques, comme les produits en fibre de verre, qui intègrent 100 % d’éléments biosourcés.
Des matériaux bio-sourcés et respectueux de l’environnement sont déjà disponibles. C’est le cas des produits cellulosiques, des matériaux en fibre de bois, etc.
Pour être qualifié de matériau bio-sourcé, le produit doit être fabriqué à partir de composants renouvelables, d’origine animale ou végétale. Un matériau fabriqué à partir d’une autre substance respectueuse de l’environnement (y compris la fibre de bois, la plume de canard, le tissu recyclé, le papier cellulose, etc.) peut également être qualifié d’éco-sourcé.

Cependant, il est encore compliqué de qualifier un matériau isolant de « 100 % vert » et écologique, car beaucoup d’entre eux ne sont pas uniquement composés de substances biosourcées. Si certains d’entre eux s’en rapprochent, des matériaux supplémentaires doivent être ajoutés pour compléter les caractéristiques des produits. C’est le cas de la laine minérale, pour laquelle une membrane vapeur/air est toujours nécessaire, car elle est sujette à l’humidité. Si les alternatives aux produits manufacturés sont en cours de développement et gagnent lentement en popularité, les matériaux plus traditionnels comme la laine de verre ou la laine minérale ne sont pas encore détrônés. Leurs caractéristiques sont bien connues et ces matériaux ont fait leurs preuves. Les processus d’installation sont également plus faciles et rapides, et comparés aux matériaux plus écologiques, ce sont des solutions moins coûteuses avec une haute efficacité.

UN PROCESSUS RÉCENT POUR UN TRACAS DE DATE

Créer des maisons avec des climats intérieurs équilibrés a toujours fait partie des objectifs de l’homme, car les variations de température peuvent avoir un impact important sur notre vie quotidienne et notre confort. Lorsqu’il fait trop chaud, nous recherchons tous un endroit frais, et lorsque les températures baissent, rien de mieux qu’un abri où se réchauffer. Cela est vrai, quelle que soit notre époque.

Dans l’Égypte ancienne, les Égyptiens ont été parmi les premiers à créer des pierres épaisses à partir de boue, pour garder l’intérieur des pyramides tempéré durant le jour et la nuit, lorsque les températures chutaient considérablement. Sans connaître sa toxicité, les Grecs de l’Antiquité utilisaient de l’amiante pour isoler leurs maisons et les garder tempérées. Ils ont également été les premiers à créer des trous dans les murs, permettant à l’air de mieux circuler. Les Romains, en plus d’être la première civilisation à utiliser la plomberie, étaient conscients de la perte de chaleur opérant par les tuyaux. Pour résoudre ce problème, ils utilisaient du liège pour recouvrir les tuyaux et réduire la dispersion de la chaleur. Dans les pays du nord, particulièrement soumis à des températures extrêmement froides, les Vikings scellaient les trous des maisons avec de la boue.

À partir du Moyen Age, de grands tapis sont fixés au mur pour créer une couche d’isolation supplémentaire. La technique (ou habitude) a persisté pendant longtemps, car certains bâtiments et logements du siècle dernier ont été isolés de la même manière. De nos jours, cette tendance se renouvelle à des fins décoratives.

Le besoin d’une isolation performante augmente pendant la révolution industrielle. La tuyauterie était largement utilisée et la perte de chaleur qui en résultait représentait un vrai problème, non seulement en termes de dispersion de chaleur, mais également pour les travailleurs, par exemple, qui pouvaient facilement se blesser. À ce stade, l’amiante a été largement utilisé comme isolant et est devenu le principal matériau isolant. Néanmoins, et compte tenu des problèmes de santé qu’elle entraîne, l’utilisation du matériau a diminué à partir des années 70.

De manière générale, la prise de conscience de la nécessité d’une bonne isolation dans les constructions et de ses avantages s’est accrue à partir des années 30. C’est à partir de cette période que le nombre de bâtiments isolés a commencé à considérablement augmenter. C’est également à cette époque que les fenêtres à double vitrage ont été inventées. Si elles étaient efficaces, les fenêtres à double vitrage étaient également chères et tout le monde ne pouvait pas s’en équiper. À ce jour, il n’est pas rare de voir des bâtiments avec un simple vitrage, même s’ils se raréfient.

Si le besoin d’isolation n’est pas nouveau, c’est au cours de la dernière décennie que la plupart des innovations et initiatives ont été prises pour harmoniser le climat intérieur et renforcer les propriétés isolantes des matériaux de construction en y ajoutant de nouvelles technologies et techniques, tout en faisant bénéficier les habitants des nombreux autres avantages d’une isolation efficace. L’industrie est encore récente et l’innovation élargira certainement le marché, en tenant compte des défis sanitaires, environnementaux, sociaux et sociétaux de notre société moderne.

Consulter un expert en construction

Nous serions ravis de vous aider à trouver des solutions efficaces pour votre prochain projet résidentiel

Contactez-nous